Le tarif d'urgence pour les gynécos entrera en vigueur dès le 1er juin

Comme nous vous l’annoncions le mois dernier pour le mois d’avril, le tarif d’urgence pour les gynécologues pour l’accouchement par voie vaginale vient d’être signé par le Roi. Une victoire pour de nombreuses parties, dont l’Absym qui a mené le combat depuis des dizaines d’années.

Rappelons qu’en avril 2017, le Comité de l’assurance avait donné son feu vert pour le remboursement du tarif d’urgence des gynécologues. Cependant, il a encore fallu attendre près d’un an pour que la conclusion du dossier s’accélère. Aujourd’hui, le tarif d’urgence est une réalité. L’arrêté royal a été signé et paraîtra au Moniteur belge ce mois-ci. 

Dès le 1er juin, les gynécologues pourront dès lors appliquer un tarif plus élevé pour les accouchements opérés pendant la nuit ou le week-end. Sans aucune conséquence pour le patient, le supplément étant entièrement remboursé par l'assurance maladie. L'Inami a prévu un budget de 8,6 millions d'euros.

« Pendant des années, l’Absym a travaillé d’arrache-pied dans les commissions de concertation de l’Inami pour l’introduction de ce tarif d’urgence. Dans la perspective des prochaines élections médicales, l’Absym est extrêmement satisfaite d’avoir remporté cette victoire : elle ne pouvait espérer offrir mieux aux gynécologues en guise de cadeau électoral », commente Marc Moens, président du syndicat.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Michel MASSON

    07 Avril 2018

    Combien d heures passées en nocturne pour y arriver en combattant la mauvaise foi de certains interlocuteurs.
    Cette mauvaise foi nos barre encore dans certains dossiers pour lesquels le combat doit se poursuivre....
    M.Masson